En ce moment, je suis entre plusieurs mondes : la psychologie, les neurosciences et l’écriture. J’ai en effet décidé de reprendre des études en neuropsychologie à Paris Descartes. Compte tenu du niveau élevé requis en physiologie, neurosciences et sciences cognitives, j’ai obtenu une équivalence en Licence 2. Paris Descartes porte bien son nom : je pense que c’est la licence de psychologie la plus scientifique que je pouvais trouver, qui ouvre ensuite vers les Masters spécialisés. Je vis au rythme des schémas du cerveau, et vois déjà beaucoup de poésie dans les astrocytes.

Je repars donc dans un long cycle, mais c’est nécessaire pour pouvoir bien saisir les différents enjeux et assimiler des notions complexes. L’objectif ? Me diriger vers un domaine qui me passionne, mais dont ma compréhension est actuellement limitée par mon maigre niveau de formation scientifique. Je vois ça comme une façon de continuer à me nourrir intellectuellement, une source d’inspiration. Sur le long terme, j’aimerais poursuivre en Master en recherche sur la question de l’empathie… Vous ne serez pas surpris, j’imagine !

Alors que je redécouvre les bancs des amphithéâtres, mon côté créatif est tourné vers la rédaction de Métamorphoses, qui sortira fin 2014 chez Bragelonne. L’histoire de Métamorphoses se déroule dans le même univers qu’Oraisons, 35 ans avant les faits du diptyque. Il s’agit néanmoins d’un cycle totalement indépendant et compréhensible sans avoir lu l’autre roman. Évidemment, il y aura des liens saillants avec Oraisons, et vous retrouverez des personnages clef tels que Nwinver et le Maître Joscard… Le roman a même pour ambition de vous faire remettre en perspective certaines des assurances que vous aviez pour Oraisons, en épousant le point de vue de Sonax et en découvrant d’autres facettes encore d’Hélderion. Actuellement, je n’ai écrit qu’un tiers.

Vous ne trouvez pas que cette photo est la parfaite illustration de Nwinver ?

L’intrigue de Métamorphoses me trotte dans la tête depuis 2008. J’ai écrit la première partie, Le Théâtre Solaire, entre 2010 et 2011. À l’époque, j’envisageais cette histoire sous forme de trilogie, qui aurait dû sortir chez Mille Saisons, mais je suis passée chez Bragelonne entre temps. Du coup, nous avons décidé d’en faire un seul et unique roman, qui sera un sacré pavé.

Sonax, le trafiquant d’Objets Tabous que vous connaissez dans Oraisons, est une rencontre mentale assez étrange. Le genre de personnage que vous placez à un endroit, que vous travaillez, mais qui prend le dessus. Qui vit malgré les rouages bien huilés du scénario. J’ai semé dans Oraisons tout un tas d’indices sur la vie du trafiquant que j’avais déjà mûrement réfléchie. Son goût pour les parfums, son nom de famille, sa tache de naissance, son rapport au Jeu des quatre vents, etc. Tout ça a pris vie dans une ambiance colorée, pleine d’émotions, et j’ai écrit avec la musique du Château Ambulant dans les oreilles.

L’action a lieu durant toute la première partie à Lynneroy, une ville commerçante aux accents baroques, où les banques sont légion. Sonax, le personnage principal, est destiné à suivre une voie marchande, mais suite à un drame, intègre une troupe d’acteurs. Il choisit les pièces de théâtre plutôt que les pièces de monnaie. 

Métamorphoses est un roman-personnage relié à des arches narratives en rapport avec Hélderion, la résuadine, les Jadielles… Chaque partie correspond à une période de la vie du trafiquant, et à des enjeux politiques pour l’Astracan. Vous serez invité à suivre l’évolution de Sonax depuis le théâtre, où il passe d’enfant introverti à androgyne excentrique, jusqu’au trafiquant d’objets illicites et magiques que l’on connait dans Oraisons

Un extrait bientôt, ça vous dit ?

 

Ecrire un commentaire

Votre adresse email ne sera pas dévoilée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

X